Le magazine de l’actualité musicale en Fédération Wallonie - Bruxelles
par le Conseil de la Musique

Toine Thys Overseas

Taman Morning

Igloo Records / Outhere Music

Quelques mois après Orlando, album en quartette qui était déjà une sacrée pérégrination, Toine Thys change radicalement de cap avec Taman Morning, l’album où, selon lui, il tend le plus vers les musiques traditionnelles. Le projet est issu de la rencontre entre le saxophoniste bruxellois et le joueur de oud Ihab Radwan, aussi à l’aise dans le folklore de son pays d’origine, l’Égypte, que dans Monteverdi. Pour Toine Thys, ce qui était un groupe de jazz s’est mué en orchestre de chambre, tant “le projet est délicat dans sa facture”. C’est ainsi que la basse a été remplacée par le violoncelle d’Annemie Osbourne, le batteur par un percussionniste, Toine lui-même mettant son sax ténor en sourdine pour privilégier le soprano – aux consonances très orientales à la base – et la clarinette basse. Si le projet a connu plusieurs configurations, la formation actuelle s’est vu offrir une carte blanche au Gaume Jazz Festival, en août 2019. Les deux leaders, Toine Thys et Ihab Radwan, se partagent les onze compositions originales, dont la suite en trois mouvements, Istambul Kidz. La complicité entre Thys et Radwan induit un grand respect entre les cinq intervenants qui, combiné à leur ouverture d’esprit, fait de Taman Morning un véritable album de rencontre. Tout le monde semble y aller en douceur, y compris le percussionniste Zé Luis Nascimento, originaire de Salvador de Bahia, et qui fait autant dans la dentelle que le pianiste néerlandais Harmen Fraanje. Sans jamais monter beaucoup le son, la musique du quintette dégage une grande intensité, une énergie expansive. Le soprano de Toine Thys rivalise d’enchantement avec l’oud (“al-ûd” signifie “le bois” en arabe) d’Ihab Radwan. Jubilatoire mais non sans mystère, “Taman (tout va bien) Morning” est comme un matin qui chante.

Dominique Simonet