Le magazine de l’actualité musicale en Fédération Wallonie - Bruxelles
par le Conseil de la Musique

Gaëlle Solal

Tuhu

Eudora

Tout qui a un enfant qui a suivi les cours de guitare en académie a sans doute entendu du Villa-Lobos à la maison, le compositeur brésilien ayant fait suer bon nombre d’ados. Quand une grande guitariste comme Gaëlle Solal fait chanter Tuhu – c’était le surnom de Heitor Villa-Lobos –, on est à mille lieues des tricotages scolaires. Tout est lumière dans la guitare de Gaëlle Solal, solaire même, et le tellement usé Choro n°1 est un réel moment d’allégresse, mêlant la rigueur de la musique classique aux saveurs de la musique populaire, à moins que ce ne soit l’inverse. La guitariste part sur les traces de Villa-Lobos au travers de compositeurs comme Jobim, Nazareth, Guinga, Pixinguinha, Roland Dyens dont la Saudade n°3 fait le pont entre musique européenne et Brésil, ou encore Egberto Gismonti avec Agua e Vinho composé à l’origine pour piano.

Jean-Pierre Goffin